Cette nuit-là - Paul de Roux

Publié le par sophie



On ne voit plus de chats dans le parc.
Ont-ils trouvé un gîte? On ne le sait
pas plus qu'on ne sait si la vieille tapie
dans l'entrée du parking a survécu à ces heures
qui furent pour certains une nuit d'amour
et pour d'autres, les yeux rivés aux carreaux,
une nuit d'une beauté glaciale, avec l'éclat
d'un ciel craquant d'étoiles, et ni les amants
ni les dévots des astres n'ont porté atteinte
à l'ordre secret du monde. Ai-je fait
le rêve qui justifierait mon sommeil?




Paul De Roux, Paysage en cours, Atelier La Feugraie, 2000






Publié dans P XXè - Paul de Roux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yannis 23/12/2007 21:37

Ce qui m'intéresse dans ce poème est la manière avec laquelle il parvient à rendre à la fois le lien entre les hommes et son manque. Ce lien cependant parait n'être que celui d'une situation, d'une même présence dans un espace diversement occupé par les uns et les autres où chacun est repéré par un trait ou une action, sans que cette présence soit co-présence: présence avec l'autre. Ce que je veux dire c'est que cette situation n'est que diversité de positions quasi géométriques dans un espace qui n'est plus que celui de ces positions. L'attention que chacun peut encore porter aux autres sera celle de la vue, du repérage de loin (sauf les amants peut-être, mais eux ne se voient pas, ils n'ont pas à se voir) qui tente de dépasser par la sympathie ce que la situation a éloigné, rendu étranger. Dès lors ne reste que la mauvaise conscience face à cette altérité infranchissable qui permet pourtant de dormir.
Mais le mot du poème n'est pas là. Car en deçà de cette séparation des hommes par leur subjectivité reine qui trace des espaces de propriétés, il y a l'ordre du monde, le monde en tant qu'ordre en soi, qui fonde la justice des choses. Mais avec cette justice nous n'avons plus rapport que par la question, le doute l'inquiétude, qui risque toujours d'être confondu avec la mauvaise conscience.

Bref, derrière l'obscurité de ce que je viens de tenter de dire, il me semble que ce poème expose une contradiction moderne qui me touche particulièrement : "l'ordre secret du monde", une question ou une illusion?
yannis.