Macbeth (2) - Shakespeare

Publié le par sophie


Inverness. – Devant le château de Macbeth.

Entre la femme de Macbeth, seule, tenant  une lettre.

LADY MACBETH. - « …Elles sont venues à ma rencontre dans le jour de la victoire, et j'ai appris par la plus complète révélation qu'elles ont en elles une connaissance plus qu'humaine. Alors que  je brûlais du désir de les questionner plus à fond, elles se sont évaporées, changées en air. J'étais encore ravi par la surprise quand sont arrivés des messagers du roi, qui m'ont proclamé thane de Cawdor, titre dont venaient de me saluer les sœurs fatidiques, en m'ajournant aux temps à venir par ces mots: Salut a toi, qui seras roi ! J'ai trouvé bon de te confier cela, compagne chérie de ma grandeur, afin que tu ne perdes pas ta part légitime de joie, dans l'ignorance de la grandeur qui t'est promise. Garde cela dans ton cœur et adieu ! »
Tu es Glamis et Cawdor, et tu seras ce qu'on t'a promis... Mais je me défie de ta nature : elle est trop pleine du lait de la tendresse humaine pour que tu saisisses le plus court chemin. Tu voudrais la grandeur; tu as de l'ambition, mais tu n’as pas la cruauté qui devrait l’accompagner. Ce que tu veux vivement, tu le veux saintement: tu ne voudrais pas tricher, et tu voudrais une victoire imméritée. Ton but, noble Glamis, te crie: « Fais cela pour m'atteindre. » Et cela, tu as plutôt peur de le faire que désir de ne pas le faire. Accours ici, que, dans ton oreille, j’insuffle le courage, et que ma langue résolue chasse tout ce qui t'écarte du cercle d'or dont le destin et une puissance surnaturelle semblent t'avoir couronné !
Entre un serviteur.
Quelles nouvelles apportes-tu?

LE SERVITEUR. - Le roi arrive ici ce soir.

LADY MACBETH. - Tu es fou de dire cela. Ton maître n'est-il pas avec lui ? Si cela était, il m'aurait avertie de faire des préparatifs.

LE SERVITEUR. - La chose est certaine, ne vous en déplaise ! Notre thane approche; il s'est fait devancer par un de mes camarades, qui, hors d’haleine et chancelant, a eu à peine la force de transmettre son message.

LADY MACBETH. - Qu'on prenne soin de lui ! Il apporte une grande nouvelle.
                                                                                                                                                                           Le serviteur sort.
Le corbeau lui-même s'est enroué à croasser l'entrée fatale de Duncan sous mes créneaux. Venez, venez, esprits qui assistez les pensées meurtrières ! Débarrassez-moi de mon sexe ! et, de la tête au pieds, remplissez-moi toute de la plus atroce cruauté ; épaississez mon sang; fermez en moi tout accès, tout passage à la pitié. Qu'aucun retour compatissant de la nature n'ébranle ma volonté farouche et ne s'interpose entre elle et l'exécution ! Venez à mes seins de femme, prendre mon lait changé  en fiel, vous, ministres du meurtre, quel que soit le lieu où, invisibles substances, vous présidiez aux crimes de la nature. Viens, nuit épaisse, et enveloppe-toi de la plus sombre fumée de l'enfer: que mon couteau aigu ne voie pas la blessure qu'il va faire; et que le ciel perçant le linceul des ténèbres ne puisse me crier: « Arrête ! arrête ! »
                                                                                                                                                                               Entre Macbeth.
Grand Glamis ! noble Cawdor ! plus grand que tout cela par le salut prophétique! Ta lettre m'a transportée au-delà de ce présent ignorant, et je ne sens plus en cet instant que l'avenir.

MACBETH. - Mon cher amour, Duncan arrive ici ce soir.

LADY MACBETH. - Et quand repart-il ?

MACBETH. - Demain... C'est son intention.

LADY MACBETH. - Oh ! jamais le soleil ne verra ce demain !... Votre visage, mon thane, est comme un livre où les hommes peuvent lire d'étranges choses. Pour tromper le monde, paraissez comme le monde: ayez la cordialité dans le regard, dans le geste, dans la voix; ayez l'air de la fleur innocente, mais soyez le serpent qu'elle cache… Occupons-nous de celui qui vient ; et laissez-moi la charge de la grande affaire de cette nuit, qui, pour toutes les nuits et tous les jours a venir, nous assurera une autocratie souveraine et l'empire absolu.

MACBETH. - Nous en reparlerons.

LADY MACBETH. - Ayez seulement le front serein: changer de visage prouve qu’on à peur. Pour le reste, laissez-moi faire..

 

                    Shakespeare, Macbeth

Publié dans Littérature

Commenter cet article