Vous qui savez - C. Delbo

Publié le par sophie


Ô vous qui savez
saviez vous que la faim fait briller les yeux
et que la soif les ternit

Ô vous qui savez
saviez vous qu'on peut voir sa mère morte
et rester sans larmes

Ô vous qui savez
saviez vous que le matin on veut mourir
et que le soir on a peur

Ô vous qui savez
saviez vous qu'un jour est plus qu'une année
une minute plus qu'une vie

Ô vous qui savez
saviez vous que les jambes sont plus vulnérables que les yeux
les nerfs plus durs que les os
le cœur plus solide que l'acier

Saviez vous que les pierres du chemin ne pleurent pas
qu'il n'y a qu'un mot pour l'épouvante
qu'un mot pour l'angoisse

Saviez que la souffrance n'a pas de limite
l'horreur pas de frontières

Le saviez vous
Vous qui savez

              Charlotte Delbo, in. Aucun de nous ne reviendra, Editions Gonthier, 1965

Publié dans Poésie XXème

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article