Cambouis (1) - A Emaz, La quête - Brel

Publié le par sophie


   V. me demande pourquoi, face à une tragédie collective, je ne prends pas la tonalité épique. Je lui réponds que l'épopée implique des héros capables d'affronter le mal et de le vaincre, ou bien d'être écrasé avec grandeur, ce qui est une autre forme d'héroïsme. Je ne vois pas, et durablement pas, de tels héros, face aux forces qui nous aliènent. Le mal n'est pas incarné, c'est une sorte d'ordre du monde, d'emprise, de pente de l'histoire...
   Reste un héroïsme humble, disons de terrain, une forme de résistance de fond: refuser le "on s'habitue, c'est tout" de Brel, et viser lucidement le "je suis encore vivant" de Caligula.
     A. Emaz, in Cambouis, seuil





Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir où personne ne part

Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D'atteindre l'inaccessible étoile

Telle est ma quête,
Suivre l'étoile
Peu m'importent mes chances
Peu m'importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l'or d'un mot d'amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon cœur serait tranquille
Et les villes s'éclabousseraient de bleu
Parce qu'un malheureux

Brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s'en écarteler
Pour atteindre l'inaccessible étoile.

Brel, La Quête

Publié dans P XXè - A Emaz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article