La corde - Paul Fort

Publié le par sophie

Pourquoi renouer l'amourette ? C'est-y bien la peine d'aimer ? Le câble est cassé, fillette. C'est-y toi qu'as trop tiré ?


C'est-y moi,? C'est-y un autre ? C'est-y le bon Dieu des Chrétiens ? Il est cassé; c'est la faute à personne; on le sait bien.


L'amour, ça passe dans tous les cœurs; c'est une corde à tant d'vaisseaux, et ça passe dans tant d'anneaux, à qui la faute si ça s'use ?


Y a trop d'amoureux sur terre, à tirer sur l'même péché. C'est-y la faute à l'amour, si sa corde est si usée ?


Pourquoi renouer l'amourette ? C'est-y bien la peine d'aimer ? Le câble est cassé, fillette, et c'est toi qu'as trop tiré.

 

Paul Fort, L'amour marin

Publié dans P XXè - Naturisme

Commenter cet article

collectiv love 15/08/2009 10:03

sans aller peut-être jusqu'au Tao
il y a tout de même quelque chose de collectif
dans l'amour dont parle Paul Fort,
cela semble être une même corde qui passe dans tous les anneaux...
("L'amour, ça passe dans tous les cœurs; c'est une corde à tant d'vaisseaux,
et ça passe dans tant d'anneaux, à qui la faute si ça s'use ?")
le côté intriguant en effet de cette poésie
est le contraste généré
par l'attribution de l'usure d'un lien entre deux personnes
à un usage collectif de ce lien.
La fillette a-t-elle trop tiré sur la corde?
ou bien est-ce l'usure d'un usage collectif intensif?
Les deux?

Mais:
si c'est la même corde à travers l'espace et le temps
comment pourrait-elle être usée?
(ou alors une usure infime et légère à l'échelle cosmique)