Ce vacarme qui tue les baleines

Publié le par sophie



"Début mars, 200 baleines s'échouaient de façon inexpliquée sur les côtes de la Tasmanie. Deux mois plus tard, c'était au tour de 55 cétacés de s'échouer sur une plage du Cap. Et chaque année en France, près de 300 baleines et dauphins s'échouent sur le littoral. La multiplication de ces échouages, aussi massifs que meurtriers, inquiète les biologistes. Si leurs mécanismes ne sont pas entièrement compris, une chose est sûr: le vacarme océanique n'y est pas étranger. Imperceptible et ignoré par l'homme, le bruit sous-marin serait la pollution la plus menaçante pour les océans. Trafic maritime, plate-formes pétrolières, exercices militaires... Toutes ces activités génèrent un brouhaha permanent qui menacent les cétacés et toute la chaîne alimentaire qui en dépend. Car ces animaux communiquent et naviguent essentiellement par écholocation en envoyant des ondes sonores qui se répercutent sur les obstacles comme des sonars. Or le bruit généré par l'homme couvre leurs vocalisent et les cétacés ne s'entendent plus. Un rapport de l'ONG américaine IFAW, paru en juin 2008, estime que le bruit émis par les navires dans l'océan Pacifique a doublé tous les 10 ans au cours des 40 dernières années, particulièrement dans les fréquences sonores qu'utilisent les baleines. Conséquence: la distance sur laquelle les baleines bleues parvienent à communiquer a été réduite de 90%! Le bruit incessant perturbe le comportement des mammifères marins, et certains abandonnent des zones de mise bas et d'alimentation pourtant essentielles à leur survie. Si les cétacés sont tant gênés par le bruit, c'est que leur ouïe est extrèmement fine et que le son voyayge 5 fois plus vite sous l'eau que dans l'air. D'où l'impact dramatique de certains bruits industriels ou militaires. Sous l'eau, le bruit des canons à air comprimé utilisés pour la prospection pétrolière est perceptible sur 300000 km2 et fait fuir les poissons dans un rayon de 30 km! Quand aux sonars militaires, ils émettent des sons équivalents au bruit d'un avion au décollage! Plusieurs échouages massifs ont d'ailleurs eu lieu juste après des exercices militaires sous-marins. Les autopsies effectuées sur les animaux échoués ont révélé la présence d'hémorragies au niveau du cerveau, des tympans ou du foie. En fait, les sonars militaires provoquent une panique chez les cétacés, les forçant à remonter trop rapidement à la surface, sans effectuer la décompression indispensable pour éviter les hémorragies. En outre, en avril 2009, des chercheurs de Hawaii ont montré que l'exposition aux sonars pouvait causer une surdité d'une quarantaine de minutes chez les dauphins. Ce qui suffit à provoquer un échouage ou des collisions fatales avec des navires. S'il est difficile de faire taire cette cacophonie, la construction de bateaux plus silencieux et la mise en place de couloirs de migration protégés pourraient d'ores et déjà limiter les dégâts. Reste à convaincre les politiques de faire de ce fléau acoustique une priorité environnementale."
Marine Corniou, in L'Humanité Dimanche du 6/08/09

Publié dans Politique

Commenter cet article