Trop, 1 (2) - A. Emaz

Publié le par sophie




la mort
ici maintenant
pas forcé d'y penser

elle attendra un peu
on la sait

on a bien lu

"un syndrome coronarien aigu antérieur sans sus-décalage
du segment ST, à toponine élevée, pour lequel le patient a
bénéficié d'un traitement médical initial par anti-GPIIbIIIa puis
secondairement d'une coronarographie retrouvant une coronarite
tritronculaire sévère avec, sur un réseau droit dominant modérément
calcifié l'existence d'une longue sténose irrégulière de toute l'IVA
proximale et moyenne sans lésion sur le lit d'aval collatéralisé
Rentrop 2 à partir de la coronaire droite. Naissance d'une belle
branche diagonale au niveau de la zone sténosée. Sténose proximale
de la circonflexe avec sténose ostiale de chacune des deux branches
marginales à beau lit d'aval, et enfin il existait une sténose à 60% de
la CD3 et une sténose serrée sur l'ostium de la marginale du bord droit.

on a lu

elle attendra


Antoine Emaz, in Peau, ed Tarabuste

Publié dans P XXè - A Emaz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yannis 06/09/2009 21:56

Tout d'un coup semble apparaitre l'opposition entre le savoir de la mort qui la sait de la repousser dans l'attente indéfinie et le savoir qui la fixe dans un langage qui ne se lit pas, sauf à ne plus la voir comme mort mais comme moment dans un processus objectif. Bref, soit on sait mais on ne veut pas voir, soit on lit mais alors on ne sait pas.
C'est une remarque en passant mais ce poème attend plus. (Comme nous tous?)