Envoi - JC Pirotte

Publié le par sophie


où est mon pays le saurai-je
un jour le saurai-je ombres amies
est-il parmi les tombes
du vieux cimetière à l'ombre
de l'église romane au clocher trapu
sur la colline étroite où naissent les nuages
d'automne lorsque tourne en rond
le vent jusqu'à ce coeur du silence
ou du songe est-il parmi les morts
que je n'ai pas connus parmi les croix
brisées par les stèles où les prénoms d'hier
ont disparu rongés par les orages
obscurs de la mémoire

vous qui naguère avez saisi la lumière
grâce à la complicité des ombres
et l'avez léguée en partage
à ceux qui trop indignes vous succèdent
et vont en quête d'eux-mêmes
empruntant indécis vos chemins ignorés

(l'un déclarait nul ne s'égare
bien que nous allions au bord de l'égarement
l'autre s'abandonnait aux travaux d'aveugle
qui seront les nôtres éternellement
bien qu'à l'éternité retrouvée nul ne pense)
mais toi Thomas tu t'en souviens
certains soirs il faisait bon sur cette terre

et toi Frénaud tu t'en reviens
à la terre promise pour un combat ténébreux

vous qui ne pouviez contenir gorge serrée
le tremblement des poèmes sous le plancher
ni le saisissant effroi des maisons brulées
vos voix me touchent que cependant
je peine à reconnaître si clairement assurées
l'inquiétude l'incertitude maîtrisées
comme on fait taire le dogue d'un regard

mais rien de ce que je dis n'est probable
et je vous parle de si loin que je m'entends à peine
car je suis aussi loin de moi que de tout mystère
ce que je cherche à saisir n'a de nom dans aucune langue
et même vous qui m'avez  tant appris ne m'êtes d'aucun
secours quand me stupéfient les éclairs de silence
et que s'échappe de moi jusqu'au souvenir d'avoir aimé

je ne vous quitte pas sans douleur mais je vous quitte
pour aveugle et sourd irrémédiablement muet
me terrer dans les galeries glaciales de mon être
le plus ignoré de tous et d'abord de moi-même

JC Pirotte, in Passage des ombres, ed. La Table Ronde


Publié dans P XXè - JC Pirotte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article