Sur les marches du palais- Anonyme

Publié le par sophie

 

 

Sur les march' du palais.
Sur les march' du palais.
Y a un' tant belle fille, Lonla,
Y a un' tant belle fille.

Elle a tant d'amoureux.
Elle a tant d'amoureux.
Qu'elle ne sait lequel prendre, Lon la.
Qu'elle ne sait lequel prendre.

C'est un p'tit cordonnier.
C'est un p'tit cordonnier.
Qu'a eu la préférence, Lon la.
Qu'a eu la préférence.

C'est en lui chaussant l'pied.
C'est en lui chaussant l'pied.
Qu'il lui fit la demande, Lon la.
Qu'il lui fit la demande.

La bell' si tu voulais.
La bell' si tu voulais.
Nous dormirions ensemble, Lon la.
Nous dormirions ensemble.

Dans un grand lit carré.
Dans un grand lit carré.
Aux belles taies blanches, Lon la.
Aux belles taies blanches.

Aux quatre coins du lit.
Aux quatre coins du lit.
Quat' bouquets de pervenches, Lon la.
Quat' bouquets de pervenches.

Dans le mitan du lit.
Dans le mitan du lit.
La rivière est profonde, Lon la.
La rivière est profonde.

Tous les chevaux du Roi.
Tous les chevaux du Roi.
Pourraient y boire ensemble, Lon la.
Pourraient y boire ensemble.

Nous y pourrions dormir.
Nous y pourrions dormir.
Jusqu'à la fin du monde, Lon la.
Jusqu'à la fin du monde.

 

Anonyme, XVIIIe siècle

Publié dans Poésie - Enfance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article