Les ombelles - Ponge

Publié le par sophie


    Les ombelles ne font pas d'ombre mais de l'ombe:
c'est plus doux.
    Le soleil les attire et le vent les balance. Leur tige
est longue et sans raideur. Mais elles tiennent bien en
place et sont fidèles à leur talus.
    Comme d'une broderie à la main, l'on ne peut dire
que leurs fleurs soient tout à fait blanches, mais elles
les portent aussi haut et les étalent aussi largement
que leur permet la grâce de leur tige.
    Il en résulte vers le quinze août une décoration des
bords de routes, sans beaucoup de couleurs, à tout
petits motifs, d'une coquetterie discrète et minutieuse,
qui se fait remarquer des femmes.
    Il en résulte auusi de minuscules chardons, car elles
n'oublient jamais leur devoir.

       Francis Ponge, in Pièces, Gallimard

Publié dans Poésie XXème

Commenter cet article